J'ai commencé à les remarquer dans les transports en commun, tout d'abord en région parisienne, puis durant mes vacances à Londres au mois de juillet. Ils fleurissaient sur les poignets de tout le monde, hommes, femmes, jeunes ou vieux. Il y en avait partout. Ces petits élastiques savamment agencés sous forme de bracelet m'intriguaient. Comment étaient-ils conçus ? Par quelle magie tenaient-ils ensemble ? Qui les fabriquait ?

Après quelques heures d'enquêtes, j'ai découvert les braclets d'élastiques Loom, ce nouveau hobby multi-générationnel, hyper-facile à apprendre et avec un énorme potentiel. Plus rapide à réaliser que les classiques bracelets d'amitiés, plus faciles à porter aussi, ils en gardaient les deux attraits principaux : être unisexe et pas cher. Après avoir résisté à cette mode, plus par flemme que par malveillance, il était temps de se mettre aux petits élastiques.

IMGP1011

J'ai donc profité d'un séjour chez mes parents pour demander à ma mère, véritable virtuose du petit élastique coloré (elle en est au stade où elle fabrique tout et n'importe quoi, de la manchette à fleurs au petit lapin en passant par la tortue), de m'apprendre à réaliser ces petits miracles. 10 minutes plus tard, me voilà avec ma première création et une folle envie de m'acheter un kit pour en faire tout plein d'autres.

Pour celles qui n'ont pas encore sauté le pas, le modèle en photo est ultra simple à créer, puisqu'il s'agit tout bêtement de croiser des élastiques entre vos doigts -ou pour les plus perfectionnistes, sur un support adapté.

Ma première idée ? "C'est génial ces élastiques, ça me permettrait de me fabriquer des accessoires assortis à mes Disneybounds". On ne se refait pas.

Et vous, vous en pensez quoi de ces élastiques ? Est-ce que ça vous a donné des idées ?